06.07.2020

– en français – “Peut-être n’est-il pas toujours conseillé de garder un noble silence!

von Heinrich Brehm, service de presse de Schoenstatt

Soeur M. Doria Schlickmann, auteur de quelques livres sur le père Joseph Kentenich

Interview: Heinrich Brehm, service de presse de Schoenstatt

La publication d’un article dans un hebdomadaire catholique en Allemagne a mis en lumière des événements des années 1950 qui ont jeté un mauvais éclairage sur le fondateur de Schoenstatt et sur la communauté des Sœurs de Marie de Schoenstatt. www. schoenstatt. de a demandé à Soeur M. Doria Schlickmann, auteur de quelques livres sur le père Joseph Kentenich, ainsi qu’une excellente connaisseuse de l’histoire de Schoenstatt, d’éclairer la situation avec quelques réponses.

Soeur Doria, l’article en question parle du fait que le père Kentenich, qui était “Père”, “le Fondateur avec un pouvoir absolu, qui est souvent assimilé à Dieu, à tel point que dans de nombreuses expressions et prières, on ne comprend pas clairement si elles sont adressées à Dieu le Père ou au Fondateur lui-même.” Est-ce vrai? Comment expliquez-vous ce mélange de Dieu le Père et de Père-Fondateur?

En fin de compte, les prières ne peuvent être adressées qu’à Dieu. L’expérience des transparents humains de l’amour de Dieu peut rendre ces prières encore plus vivantes et intimes. Le mot “Père” pour le fondateur n’est pas inhabituel, même d’un point de vue objectif. De nombreuses communautés appellent également leur fondateur «Père». Chez beaucoup de gens, l’image de Dieu a changé après une rencontre avec le père Kentenich. Avec lui, il était aussi quelque peu étonnant que des hommes, des jeunes, voire des couples mariés – sans stimulation extérieure et indépendants les uns des autres – aient soudain ressenti le besoin de l’appeler père. Cela n’a jamais été compris en tant que compétition avec Dieu.

Comment décririez-vous la relation des Sœurs de Marie avec le Père Kentenich? Comment vit-il dans votre communauté?

Il est le fondateur, à qui la communauté doit son caractère original et – comme l’a dit un jour un pape – “sa forte spiritualité”. Il a fait des sacrifices inhabituels pour cette communauté, non seulement en étant prêt à donner sa vie pour elle à Dachau, mais aussi en renonçant à son honneur pendant et autour de l’exil. Le visitateur et le Saint-Office voulaient séparer complètement le fondateur et la fondation. Cette tentative de longue date a peut-être même intensifié le lien avec le fondateur. Pour nous, il est évident qu’il est resté notre père spirituel pour l’éternité. Il vit dans notre communauté grâce à son riche héritage spirituel et nous faisons l’expérience vivante de son pouvoir d’intercession. Pour moi, il est un grand exemple de la façon dont je vis ma vie : dans sa dévotion à Dieu et son grand amour pour l’humanité. Je suis toujours impressionné par sa pédagogie et son empathie psychologique. Cela me fascine de voir comment une personne peut intérieurement accueillir, affirmer et promouvoir les types et les genres les plus divers.

Le père Kentenich était convaincu que pour développer leur personnalité, les gens ont besoin d’un lien fort. Quels sont les effets de l’attachement à une personne? La rend-il forte ou la garde-t-il petite? Et comment les notes du visiteur Sebastian Tromp SJ, qui a noté “que parmi les dirigeants masculins et les Sœurs de Marie, il y a peu de personnalités sûres qui ont une façon de penser indépendante et une liberté intérieure”, s’inscrivent-elles dans ce contexte?

Fondamentalement, un lien humain sain fortifie la personnalité s’il ne dégénère pas en une dépendance aveugle. Tout enfant qui se sait aimé par ses parents dans son originalité, développe sa personnalité, devient fort, sûr de lui et acquiert une attitude positive face à la vie. Toutefois, cela suppose que les parents, les éducateurs, ceux qui portent la responsabilité principale dans le lien soient désintéressés, précisément parce qu’ils sont en quelque sorte une autorité. Une femme, me semble-t-il, est particulièrement sensible au fait que quelqu’un soit désintéressé ou veuille quelque chose pour lui-même, une communauté de femmes encore plus. Une sœur qui a travaillé avec le fondateur pendant des décennies m’a dit un jour : “Si nous avions senti la moindre trace dans cette direction (égoïsme) avec lui (le père Kentenich), nous nous serions retirées immédiatement.” Ce que j’ai pu observer et rechercher pendant des décennies, c’est que de nombreuses personnalités intérieurement fortes et libres dans toutes les communautés de Schoenstatt ont mûri grâce à l’attachement au père Kentenich, et cela jusqu’à ce jour, il me semble. Pour un certain nombre de ces modèles de sainteté dans l’histoire de Schoenstatt, les procès de béatification sont déjà en cours dans différents pays.

Le père Tromp n’a peut-être pas remarqué qu’il effrayait beaucoup certaines sœurs par son approche autoritaire. Les sœurs n’étaient pas habituées à un tel style de la part du Père Kentenich. En outre, le visiteur avait déjà été – par avance – affecté négativement contre le Père Kentenich par quelques Sœurs de Marie, dont notre première supérieure générale. Ce que le père Tromp n’a pas vu ou n’a pas pu voir clairement, c’est que cette supérieure générale, déjà très tôt à considéré le fondateur comme concurrence. Elle a méticuleusement recueilli les déclarations défavorables à son encontre et les a envoyées au visitateur. Mais vous trouverez tout cela plus en détail dans mon livre de biographie.

Le jugement du père Tromp selon lequel toutes les autres sœurs et tous les autres pères qui n’étaient pas d’accord avec lui étaient faibles, peu sûrs d’eux et pas indépendants dans leur façon de penser est, à mon avis, un jugement incorrect, que je m’explique par le fait qu’il n’avait aucune expérience de la pastorale des femmes. Il était certainement un excellent professeur de dogmatique, mais à ce point, il était confronté à un tout autre domaine. L’histoire, l’expansion et le développement de l’Oeuvre de Schoenstatt dans le monde entier, qui a été portée de manière indépendante par des Soeurs de Marie encore jeunes dans des pays étrangers, prouve le contraire.

Le père Kentenich a été envoyé en exil par l’Église. Quelles raisons le Saint-Office a-t-il données au père Kentenich et à la famille Schoenstatt?

Il convient de noter qu’avant le Concile Vatican, ce n’était pas la pratique du Saint Office de déclarer les motifs. Dans les différents décrets, on ne trouve que les dispositions. De même, les dirigeants de Schoenstatt ne savaient pas pourquoi. Le père général Turowski, pendant son mandat de général des Pallottins, avait demandé à plusieurs reprises les raisons de la destitution et de l’exil du père Kentenich, mais à ma connaissance il n’avait pas reçu de réponse.

Peu à peu, dans les années suivantes, des rumeurs se sont répandues, de plus en plus de calomnies sont devenues audibles, des mensonges fantastiques qui accusaient le fondateur d’un manque d’intégrité morale. Après une dizaine d’années d’exil, le père Kentenich était au courant de toutes ces accusations. Lorsqu’il a donc demandé à plusieurs reprises un procès contre lui afin de pouvoir se défendre contre les accusations et les soupçons toujours nouveaux, cela a été interprété pour lui comme de la désobéissance. C’est pourquoi, au début des années 1960, il a rédigé une déclaration détaillée concernant sa personne, mais elle lui a été renvoyée sans avoir été lue. Qu’il se taise et porte sa croix patiemment. Il n’a pas eu l’occasion de se défendre.

Dans un autre article, l’auteur présente de manière très désobligeante la pratique religieuse de l’examen de l’enfant, qui joue un rôle dans votre communauté. Comment comprendre ce rite et quelle est sa signification? Est-il encore pratiqué aujourd’hui?

Le père Kentenich a toujours été préoccupé par une relation vitale et personnelle avec Dieu et par le noyau central de notre spiritualité : être un enfant devant Dieu. Les questions de ce qu’on appelle l’examen de l’enfant se réfèrent à notre relation à Dieu en tant qu’enfant de Dieu. C’est pourquoi on l’appelle enfant et non “fille”. À qui appartenons-nous? A Dieu. Que peut faire Dieu avec nous? Tout ! Que sommes-nous devant lui? En fait, un petit rien et donc tout. C’est un motif qui traverse en fait toute l’histoire de la spiritualité chrétienne. L’amour de Dieu pour nous est incompréhensiblement grand et personnel, il ne se limite pas à une relation généralisée. Le mot “Père” rend la dévotion à Dieu personnelle, tout comme Jésus parle au Père dans l’Évangile de Jean : “Père juste, . . . Père bien-aimé … ” et bien d’autres passages. C’est une discussion très personnelle avec le Père.

Cette dévotion a pu trouver une expression concrète sous la forme d’un dialogue questions-réponses avec le fondateur. Cela s’est développé spontanément au courant de la vie. Toutefois, il ne s’agit nullement d’une coutume généralement acceptée ou d’un rite régulièrement récurrent que chaque sœur pratiquait ou même devait pratiquer. C’était et c’est encore une décision libre de la sœur respective.

Si une sœur le souhaite, elle peut l’exprimer aux supérieurs majeurs de la communauté. Mais Dieu est toujours le dernier destinataire. Sinon, l’ensemble serait un jeu indigne. Telle qu’elle est présentée dans la publication, elle est complètement déformée.

Qu’en est-il de la question : à qui appartient le sein?

Cette information est également très déformée et mal reproduite dans les médias. Tous ceux qui le lisent, doivent se dire : «C’est absurde !»

Cette question portait sur un seul cas. La sœur souffrait d’un trouble d’anxiété prononcé en ce qui concerne son apparence physique et a donc essayé de manière convulsive de cacher ses formes féminines autant que possible. Il faut garder à l’esprit que l’éducation des jeunes filles religieuses à cette époque a souvent conduit à l’inhibition sexuelle et à la pudibonderie. Le père Kentenich a clairement exprimé son obsession pour elle et a voulu la libérer de cette contrainte. Il lui a fait comprendre qu’elle est acceptée par Dieu telle qu’elle est.

L’article de journal décrit votre communauté du point de vue du visitateur. Comment les soeurs ont-elles vécu le visitateur? Quel genre de personne était-il? Comment a-t-il affecté les sœurs? Que disent les sœurs concernées à son sujet et à propos de son apparence? Combien de soeurs avait-il en fait personnellement connues et à qui avait-il parlé?

Comme le montrent les documents d’archives de notre chronique, il était plus que fâché chaque fois qu’une sœur exprimait une opinion différente de celle qu’il voulait entendre. Il a réagi de manière violente et sans retenue, a puni arbitrairement les sœurs et les prêtres qui le contredisaient, a décidé des plus petites affaires des sœurs et a voulu les forcer à prononcer des vœux. Il a disposé de tout d’une manière à laquelle la communauté n’était pas du tout habituée. La plupart des sœurs et des prêtres ne se laissaient pas intimider par lui, et étaient indépendants et courageux dans leurs opinions à son égard, même s’ils avaient de nombreux inconvénients.

Que peut faire le Mouvement de Schoenstatt maintenant? Comment interprétez-vous ce processus actuel? Quelles leçons Schoenstatt devrait-il en tirer?

Tout d’abord, je crois que les interprétations incorrectes et les fausses accusations portées contre le père Kentenich qui ont maintenant été publiées, nous obligent directement à mettre en lumière l’injustice dont le père Kentenich a souffert pendant des décennies. Oui, qu’est-ce que Schoenstatt peut apprendre de tout cela? Peut-être qu’il n’est pas toujours conseillé de garder un noble silence.