04.07.2020

– en français – Déclaration sur les accusations d’abus contre le père Joseph Kentenich

von Institut Séculier des Sœurs de Marie de Schoenstatt

– en français –

Institut Séculier des Sœurs de Marie de Schoenstatt

Déclaration sur les accusations d’abus contre le père Joseph Kentenich

 

Le Présidium général de l’Oeuvre Internationale de Schoenstatt a déjà pris position sur les accusations contre le père Joseph Kentenich, qui ont été publiées pour la première fois dans un article d’Alexandra von Teuffenbach dans l’hebdomadaire “Die Tagespost” du 2 juillet 2020 et ensuite dans des communiqués de presse ultérieurs dans le monde entier.

(Cf. Présidium général du mouvement international de Schoenstatt. Déclaration sur les accusations d’abus contre le père Josef Kentenich, 2 juillet 2020) 

En tant que Sœurs de Marie de Schoenstatt, nous avons collaboré à cette déclaration au sein de cet organe fédéral de direction de l’Œuvre internationale de Schoenstatt. Étant donné que les accusations portées contre le père Joseph Kentenich concernent particulièrement notre communauté, nous tenons à réaffirmer avec insistance les déclarations faites dans la déclaration commune.

Le contenu et le style de la publication du Dr Alexandra von Teuffenbach nous ont bléssé.

Nous rejetons les accusations qui y sont contenues en toute clarté. Ce que l’auteur reflète du point de vue du visiteur p. Tromp SJ de l’époque ne correspond en rien à ce qui a eu un effet durable sur notre histoire, ni à la façon dont nous nous percevons en tant que communauté, ni à ce que nous aspirons.

Les générations successives de notre communauté ont vécu le fondateur comme une personnalité authentique et crédible. Dès le début de son travail, il s’est soucié de contribuer à la formation de personnalités intérieurement libres et fermes. En raison notamment de ses expériences dans le camp de concentration de Dachau, Josef Kentenich était extrêmement sensible à la grande valeur de la dignité et de la liberté personnelle.

Le fait que des accusations aient été portées contre le père Kentenich, également dans les rangs de la propre communauté, au moment des visitations, et que ces accusations concernaient sa position de fondateur et de père spirituel, appartient à la connaissance générale de notre histoire. Après que tous les décrets à son encontre aient été abrogés et qu’il ait pu reprendre ses activités de fondateur au cours des trois dernières années de sa vie, il n’y avait aucune raison de supposer qu’il y avait des accusations contre son intégrité morale qui n’avaient pas encore été réfutées.

Les anciennes accusations, que Mme von Teuffenbach remet en avant, rencontrent aujourd’hui un climat social dans lequel on réagit de manière extrêmement sensible à tout type d’abus, et ce à juste titre. Il est tout à fait dans notre intérêt de nous rapprocher le plus possible de la vérité historique. Il va sans dire que nous essayons de répondre aux questions en suspens au mieux de nos connaissances. Il nous semble important qu’une réponse soit donnée non seulement de manière sélective sur le plan défensif, mais aussi que l’historique et le contexte soient compréhensible. Une telle compréhension inclut également la prise en compte de la préoccupation spirituelle et pastorale globale de Joseph Kentenich.

Dans l’intérêt d’une analyse scientifique de l’histoire de Schoenstatt et de notre Institut, il est important pour nous que tous les aspects des événements de cette époque soient pris en considération. Nous sommes prêts à y apporter notre contribution.

Schoenstatt, 4 juillet 2020

Original-PDF